Copenhague ou le rendez vous à trois dimensions

 

 

Au stade factuel de l'énoncé du problème

 

Dimension 1 : notre" support planétaire "

 

Le constat est factuel et incontestable malgré quelques voix pipolisantes: le climat change. Ce changement prouvé et établi par les responsables scientifiques à l'échelle planétaire est indiscutablement vérifié par chaque citoyen devant sa porte. Il  entraine pour lui et les autres des répercussions à échelle locale et globale  sur les équilibres naturels et économiques et les modes de vie; de l'Aubrac à Bamako, il exige l'urgence de mesures à prendre. 

 

 

Dimension 2 : responsabilité étatique

 

Le rapport des sociétés  au temps, au vivant, aux ressources et  aux systèmes de production est en mutation; une phase de l'humanité est en gestation accélérée. 

Nos dirigeants confrontés violemment aux atteintes de tous ordres au système en cours sont au pied du mur et tenus de réagir.
Arrive alors la phase des "conciliabules"politiciens et les batailles de chiffres: jeux de rôles , mises en scène et cartes jétées dans la bataille, 20%, 30%, 40%,

Quel va être, de l'individu aux milliards que nous sommes, le ratio de CO2 rejeté dans l'air et nos poumons?

 

Copenhague doit  accoucher d' un accord acceptable et reconnu par les populations atteintes par le dérèglement climatique.

 

 

Dimension 3 : proximité - solidarité

 

Du Nord au Sud, la pauvreté galope vers les portes de l'aide alimentaire , l'eau se raréfit, les flux migratoires s'accroient

Les peuples souffrent; leur mode de vie subit en temps réel le cumul des grandes difficultés économiques, la destruction de leur mode de vie ancestrale, de la diversité et des savoirs.

Des enfants meurent de maladie par manque de soins, des populations sont la proie des guérillas orchestrées par des chefs de guerre sans foi ni loi et les intêrêts personnels entretenus.

 

 

A l'inverse de certaines postures perverses de repli identitaire communautariste  organisant la diversion en  pensant se cacher derrière des boucliers subterfuges : minaret, identité nationale, immigration etc...

 

Le Sommet de Copenhague , doit  significativement et effectivement, dans ces résolutions :

 

1- prendre en responsabilité solidaire et équitable la sécurité alimentaire tracée dans ses grands axes par la F.A.O.

2 -accepter et reconnaitre le processus d'avancée des gouvernances autonomes des peuples

3 - accélerer  la mise en place de système et d'outils de gestion autonome des ressources des populations.

 

Pour le Ministère de la Santé, de l'Enfance et de l’Environnement

Martine Gros Aguilèra, Nimes, Languedoc