Petite histoire du Gouvernement provisoire occitan pour la République fédérale et démocratique des Pays d'Oc

 

Le Gouvernement provisoire occitan pour la République fédérale et démocratique des pays d'Oc (GPO) s'autodéfinit comme un rassemblement de personnes qui se reconnaissent de « nationalité occitane et de citoyenneté française, italienne et espagnole » selon leurs régions d'origine.

Cette initiative est partie du désir de républicains occitans de reconnaitre dans l'Occitanie, l'idée de laïcité, de république et de démocratie. Il a pour but de donner des droits aux habitants des pays d'Oc de ces trois États d'Europe en rapport des devoirs qu'ils ont honorés depuis la création des républiques française, italienne et du Royaume d'Espagne. L'emblème héraldique du gouvernement est le drapeau fédéral des pays d'Oc entouré des lettres GPO avec une colombe brochant en son centre sur le tout.

 

=> Le GPO dans le paysage politique

Dès sa création, le GPO a reçu le soutien de mouvements politiques occitans : le Parti de la nation occitane (PNO) à l'époque dirigé par Jaume Ressaire, le groupe des Régionalistes languedociens et catalans dirigé par Christian Lacour et la Gaucha Republicana Occitana (Nimes).

Le mouvement politique catalaniste a manifesté son soutien général à la fondation du GPO et particulièrement le Partit Republicà Català.


=> Histoire

Ce gouvernement s'est constitué de manière informelle après la modification de l'article 2 de la Constitution française en 1992 qui stipule que "La langue de la République est le français". Tout d'abord il a été initié dans un cercle républicain nîmois, l'Association démocratique pour une République des Pays d’Oc (Associacion democratica per una Republica dei Pais d’Òc, ARPOc) une réflexion sur les diverses formes de république et l'histoire républicaine des pays d'Oc. Ce cercle s'est laissé le temps de mûrir son action par la réflexion et l'observation des dynamiques en cours dans la société française, italienne et espagnole.

• Côté italien, des avancées on vu le jour, les dispositions de l'article 6 de la Constitution italienne, confirmées par une loi du 15 décembre 1999 stipulent que "La langue et la culture des populations occitanes […] sont protégées". Un de ses effets concrets, l'occitan obtient le statut de langue co-officielle des jeux Olympiques d'hiver de Turin en février 2006 (anglais, français, italien et occitan, même si ce statut n'a pas été mis en pratique ou de façon marginale). Dans les vallées occitanes du Piémont, plusieurs municipalités ont installé des panneaux de signalisation bilingue en italien et en occitan alpin.

• Côté espagnol, une très large autonomie du val d'Aran a été obtenue dans le cadre du Nouveau Statut d'autonomie de Catalogne et du val d'Aran le 18 juin 2006 en Espagne. De plus, l'occitan devient une langue co-officielle avec le catalan sur tout le territoire de la Catalogne.

• Côté français, les évolutions se font attendre. De plus, les travaux de la Convention occitane (groupement de partis et mouvement culturels des pays d'Oc) réunie chaque année en 2002, 2003 et enfin 2004 n'ont pas été entendus. Dans certaines communautés de l'Occitanie, on retrouve un affichage bilingue, en français ainsi que dans la variante locale de la langue occitane

Enfin, la déclaration de Dominique Baudis à l'époque président de la région française de Midi-Pyrénées en faveur de la création de la région du Grand sud n'a pas eu d'effets concrets. La constitution du gouvernement a pris un tournant nouveau le 27 janvier 2007 par l'adoption à l'unanimité du texte fondateur Las basas de Narbona.

Ce gouvernement a rendu son existence officielle et publique le 24 mars 2007 à Toulouse et le 26 avril 2007 à Marseille, respectivement deuxième et première villes des Pays d'Oc. Le 24 mars 2007 a été l'occasion de marquer le désir d'Europe de la part des occitans lors des célébrations des 50 ans du traité fondateur de l'Europe (traité de Rome). Lors d'une interview pour le film Se Canta d'Esteve Valentin en 2006, il est annoncé que la Première constitution des Pays d'Oc est en cours de rédaction.
Le positionnement fédéraliste et démocratique a été rappelé pendant l'émission télévisée pour la chaîne Télé Toulouse (TLT) consacrée au renouveau de l'Occitanie en 2007.

Des soutiens officiels sont parvenus d'Occitanie de la part de deux groupes politiques occitans : le Parti de la Nation Occitane (PNO) et les "Régionalistes Languedociens et Catalans". Des artistes célèbres ont apporté leur soutien comme Ben.

Pour la majeure partie de l'Occitanie, administrée par la République française, la situation juridique des Occitans et des minorités nationales est toujours critique, puisqu'officiellement elles n'existent pas.

 

=> International

Au dehors de l'Occitanie, le GPO a le soutien officiel du mouvement catalan Partit Republicà Català et du mouvement écossais Scottish National Party au pouvoir en Ecosse actuellement.

 

=> Actualité

Une requête conjointe auprès du Parlement européen et de l'Organisation des Nations unies à Genève a été annoncée.

 

Le mot de la fin en occitan :

"Per cada idèa nòva, disiá Schopenhauer : au primièr còp, las gents se trúfan e ríson. Puei dins un segond temps, vos mènan batesta mòrt e dur per l’aneantir.
Fins finala, en temps tres, reconèisson qu'aquèla idèa fuguet de segur, sempre veraia de lònga.
Se fasem coratge, que n’en siam encara qu'au primier gras..."